Comment faire son coming out : le guide de A à Z

Comment faire son coming out

Pour de nombreuses personnes LGBT, faire son coming out est une des étapes les plus importantes de leur vie. Il est donc complètement naturel de se sentir nerveux à l’idée de se lancer. C’est pour cette raison que nous avons souhaité lister tous les conseils utiles et les erreurs à éviter pour le faire le plus sereinement possible. Dans ce guide, nous verrons comment faire son coming out de A à Z : comment se préparer, comment faire son annonce à ses amis, à sa famille ou encore à son travail, et par quels moyens.

Avant de faire son coming out : ce qu’il faut savoir

À chacun sa propre expérience

Le coming out est différent pour chaque personne. Il n’y a pas de méthode pour le faire qui fonctionne avec tout le monde. Chacun doit pouvoir faire son coming out selon ses propres conditions. La bonne nouvelle dans tout cela est qu’il n’y a pas de mauvaise façon de le faire.

Le coming out est un processus. Avant de divulguer ton identité ou ton orientation sexuelle aux autres, il peut y avoir différentes étapes comme la découverte de soi, la socialisation avec d’autres personnes LGBT, l’acceptation de soi ou encore l’auto-identification positive. Cette expérience peut être angoissante pour certains, mais également passionnante pour d’autres. Dans tous les cas, tu ne dois pas te précipiter.

Garde à l’esprit que le coming out ne se produit pas qu’une seule fois. Il se peut que tu souhaites parler de ton genre ou de ta sexualité à différentes personnes de différentes communautés. Tu auras peut-être également envie de parler à tes amis mais pas à ta famille, ou vice-versa, ou à tes proches mais pas au travail. Ce n’est pas un problème.

Tâter le terrain

Certains pensent que tout le monde doit faire son coming out et que les personnes qui ne le font pas ne sont pas assez courageuses. C’est faux. Tout le monde n’est pas dans la même situation : selon l’endroit et le milieu d’où l’on vient, selon nos ressources, on peut ne pas avoir la même capacité à faire son coming out en toute sécurité.

Si tu n’es pas sûr de l’accueil qui qui sera réservé à ton coming out, il est important d’essayer d’abord de tâter le terrain. Par exemple, essaye d’évoquer les questions LGBT qui font l’actualité pour voir si tes proches les soutiennent ou les méprisent. Tu peux également parler des célébrités LGBT qui passent à la télévision, pour tester leur réaction.

Avant de décider de faire ton coming out, envoyer des indices sur ton genre ou ta sexualité peut t’aider à jauger l’opinion de quelqu’un et te donnera une idée de ce que sera sa réaction.

À qui le dire en premier ?

Le choix de la personne à qui tu décides de faire ton coming out doit reposer sur un principe essentiel : la confiance. Tu ne veux sûrement pas que la personne à qui tu le dis raconte des ragots sur toi ou se serve de cette information pour te faire du mal. Il doit donc s’agir d’une personne en qui tu as confiance pour garder cette information privée. Quelqu’un qui te soutiendra sans te juger.

Cette personne peut être un ami, un membre de ta famille ou un collègue de travail, mais en tous cas quelqu’un qui te fait sentir en sécurité. Si tu as des amis ou des membres de ta famille eux-mêmes LGBT, un mentor ou un thérapeute en qui tu as confiance, ce sont peut-être les personnes les plus sûres à qui tu peux en parler en premier. Elles t’apporteront acceptation et confiance, ainsi que des conseils pour faire ton coming out.

Dans tous les cas, sois égoïste. Ne dis que ce que tu veux, et à qui tu le veux. Tu as peut-être l’impression que tu dois d’abord le dire à tes parents, mais rien ne t’y oblige. Si tu te sens plus à l’aise de le dire à tes amis, alors fais-le. N’oublies pas qu’il s’agit de toi. Tu fais cela pour toi.

BEST SELLERS

11.9014.90
15.90
15.90
14.90
TOUT VOIR

Rien de t’y oblige

Si tu ne ressens pas le besoin de le faire savoir au monde entier, cela ne fait pas de toi quelqu’un de moins gay, lesbienne, ou transgenre. Le coming out n’est pas obligatoire : ne pas le faire ne rend pas ton expérience, ton identité de genre ou ta sexualité moins valable.

Encore une fois, il s’agit de toi uniquement. Il s’agit de ton expérience personnelle et de la façon dont tu veux exister dans le monde, dont tu veux que les autres te voient.

Prépare-toi aux questions

Tu vas forcément droit à des questions de la part des gens auprès desquels tu feras ton coming out. Voici quelques questions courantes auxquelles tu devrais te préparer avant de te lancer :

  • Es-tu sûr ?
  • Qu’est-ce que cela signifie ?
  • Depuis combien de temps le sais-tu ?
  • Comment puis-je t’aider ou te soutenir ?
  • Y a-t-il des mots que je ne devrais pas utiliser avec toi ?

Suis-je prêt ?

Il n’existe malheureusement pas de test ou de quizz qui te permettra de savoir si tu es êtes prêt ou non. Tu peux également être prêt à faire ton coming out auprès d’un ami proche, mais ne pas du tout savoir comment t’y prendre avec tes parents. Ou inversement.

Il n’y a pas deux personnes qui vivront exactement la même expérience. Les circonstances sont individuelles, et le coming out est généralement une question de savoir, en soi, quand on est prêt. Cela peut prendre des mois, voire des années, mais ce n’est pas un problème.

Beaucoup de gens ont une révélation où ils se disent que s’ils ne le font pas maintenant, ils ne le feront jamais. Mais ne te précipite pas. Si une partie de toi ne se sent pas prête, alors tu ne l’es sûrement pas. Prends ton temps et attends jusqu’à ce que tu te sentes à l’aise. Le bon moment, c’est quand tu sens que ça l’est.

Comment faire son coming out : par quel moyen ?

Comment faire son coming out : écrire une lettre

En personne

C’est sûrement la manière à privilégier. D’après certains psychiatres, une conversation privée, en face à face avec la personne, a plus de chances d’aboutir à une expérience positive pour celui ou celle qui fait son coming out.

Le gros avantage avec cette méthode, c’est que tu peux directement évaluer la réaction des gens, à travers leurs mots bien sûr, mais également leurs expressions faciales et leur langage corporel. Pour te lancer, tu peux par exemple, au cours d’une conversation, dire : « Au fait, je voulais te dire quelque-chose », puis le dire.

Néanmoins, tu es le seul à pouvoir déterminer ce qui te semble le plus confortable et comment tu souhaites faire ton coming out. Tu peux donc également opter pour une situation moins directe, comme celles que nous allons détailler ensuite.

Par appel vidéo

L’appel vidéo est un bon moyen d’avoir une conversation en personne sans être dans la même pièce. Comme avec la conversation en personne, tu peux contrôler le ton de tes paroles (mieux que par écrit), et tu peux directement voir la réaction de votre interlocuteur, ainsi que ses expressions faciales et corporelles.

Cela peut également être un moyen plus pratique pour le faire avec des personnes moins proches ou que tu ne peux pas voir en personne à cause de la distance, comme la famille éloignée par exemple. Attention tout de même aux éventuels problèmes de réseau, des mots pourraient se perdre et déformer ton message.

Par écrit (SMS, email, lettre)

Si le dire à quelqu’un en face à face est trop éprouvant pour tes nerfs, que tu as peur de la réaction d’une personne (ou même pour ta sécurité), ou que tu as du mal à formuler tes mots, tu peux le lui dire en lui écrivant un SMS, un email, ou même une lettre.

Autres avantages : tu as le temps de bien réfléchir à ce que tu écris ou tapes avant de l’envoyer. Tu ressentiras moins de stress et de pression que de parler à voix haute, et tu n’auras pas à répondre aux questions tout de suite. Tu peux commencer par une phrase du type : « J’ai quelque-chose d’important à te dire, mais je n’ai pas pu me résoudre à te le dire en personne. Le voici donc par écrit. ».

L’autre avantage des SMS ou des emails est que tu peux les envoyer à plusieurs personnes à la fois. Si tu veux arracher le pansement au plus vite, tu peux donc faire ton annonce à tout un groupe d’amis, ou à toute ta famille en même temps.

N’oublie cependant pas qu’il est plus difficile de se faire comprendre par écrit, en comparaison à une conversation orale. De plus, si tu attends une réponse et n’en reçois pas, cela pourrait susciter plus de questions que de réponses de ton côté, et donc plus d’inquiétudes.

Sur les réseaux sociaux

Certaines personnes choisissent de mettre leur identité de genre ou leur sexualité dans leur biographie Facebook, Instagram ou Twitter, d’écrire un post sur leur identité, ou de poster une photo avec leur partenaire. C’est par exemple le cas d’Elliot Page, star du film Juno et de la série Umbrella Academy, qui a fait son coming out en tant que transgenre sur Instagram et Twitter.

Si tu utilises certains réseaux sociaux de manière anonyme, cela peut être un excellent moyen de trouver une communauté d’autres personnes LGBT. Ces amis en ligne sauront te soutenir et pourront te conseiller et t’aider à t’exercer pour faire ton coming out auprès des personnes que tu connais dans la vraie vie.

De nombreuses personnes s’affichent sur les médias sociaux avant d’en parler à leur entourage, mais garde à l’esprit que les réseaux sociaux sont publics, même si tu as techniquement un profil privé avec des limitations ou des restrictions.

Donc si tu as l’intention de faire ton coming out en ligne, posez-toi les questions suivantes :

  • Est-ce que ton nom et tes informations personnelles apparaissent sur tes profils ?
  • Quelles personnes de ta « vraie » vie sont dans tes amis en ligne ?
  • Quelles personnes de ta « vraie vie » savent déjà ?
  • Qu’es-tu prêt à accepter que les personnes en ligne sachent ?

N’oublie pas que les réseaux sociaux sont risqués. Des personnes que tu ne connais pas peuvent faire des commentaires négatifs, voire insultants. Pour cette raison, nous préférons te conseiller de ne pas faire ton coming out de cette façon, du moins pas avant d’avoir un noyau de personnes qui te soutiennent à 100%.

Comment faire son coming out : le passage à l’acte

Comment faire son coming out : pancarte

Avec tes amis

Après les liens du sang, les amis sont la famille que l’on choisit. Ce sont parfois des personnes qui nous comprennent mieux que notre propre famille. Cela peut donc paraître naturel de vouloir se confier à eux avant de se confier à sa « vraie » famille. Quand on n’est pas sûr de la réaction de sa famille, en parler à ses amis peut permettre de prendre confiance en soi et de se constituer un groupe de personnes qui pourront nous soutenir.

Si tu as des membres de la communauté LGBT parmi tes amis, tu devrais te confier à eux en premier. Ils sauront te comprendre mieux que quiconque. Si ce n’est pas le cas, réfléchis aux points suivants :

  • De quelle façon tes amis parlent des personnes LGBT ?
  • Peux-tu leur parler des choses importantes de la vie ?
  • T’ont-ils déjà soutenu par le passé ?

Pense à dédramatiser et à garder un ton positif. Bien qu’il s’agisse d’un moment important, ce n’est pas comme si tu avoues un crime ou que tu annonces que tu es atteint d’une maladie mortelle. Montre à ton ami que tu partages avec lui quelque-chose qui est important pour toi, parce-que tu as confiance en lui. C’est une belle preuve d’amitié.

Les points clés :

  1. Choisis un ami ouvert d’esprit, compréhensif, quelqu’un qui te soutiendra. Cela t’aidera à prendre confiance en toi et t’aideras à trouver le courage d’aller de l’avant.
  2. Choisis un moment et un endroit privés, détendus, et sans distraction. Évite d’avoir cette conversation quand ton ami est occupé, stressé, contrarié, ou pressé (par exemple s’il est sur le point d’aller bosser). Tu seras plus à l’aise pour t’exprimer clairement et il sera plus à ton écoute.
  3. Sois concret, honnête et positif : dis-lui que tu l’as choisi pour lui dire parce-que tu as confiance en lui et que tu sais qu’il sera là pour toi. Si c’est la première personne à qui tu le dis, fais-lui savoir. Cela lui montrera l’importance qu’il a à tes yeux.
  4. Sois patient, ton ami peut avoir besoin de temps pour assimiler. Ne t’inquiète pas si la conversation est un peu gênante ou s’il ne sait pas quoi dire. Laisse-lui quelques minutes et dis-lui qu’il peut te poser des questions, s’il en a. 

Si ton ami(e) réagit bien : fais-lui savoir que c’est un soulagement pour toi, que tu sens mieux de savoir que tu n’êtes pas seul. Tu peux également lui dire que tu pourrais avoir besoin de son soutien dans ta démarche de coming out avec les autres et que tu comptes sur lui pour te remonter le moral de temps en temps.

Si ton ami(e) ne réagit pas comme tu l’espérais : ne tu décourage pas. N’oublie pas que les gens ne répondent pas toujours à nos attentes et que l’on ne peut pas contrôler leur réaction. Cette personne a peut-être simplement besoin de temps. Parfois, les gens sont d’abord choqués, puis ils acceptent mieux la nouvelle après l’avoir digérée.

DÉCOUVREZ NOTRE COLLECTION DE DRAPEAUX LGBT

14.90
9.9014.90

Drapeaux

Drapeau Pride

14.90
Voir toute la collection

Avec tes parents (et ta famille proche)

L’annoncer à ses parents est sûrement la situation la plus difficile à vivre, dans la plupart des cas. Bien sûr, cela dépend des parents que l’on a et de leur ouverture d’esprit, mais les parents ont souvent imaginé ce à quoi notre vie ressemblera en fonction du sexe qui nous a été assigné à la naissance. Il se peut donc qu’ils mettent plus de temps à accepter car ils doivent faire le deuil de la vie qu’ils avaient fantasmée pour nous.

Il n’existe malheureusement pas de manuel d’instruction intitulé « Comment faire son coming out auprès de ses parents ». Nous allons ici te donner tous les conseils qui nous paraissent justes pour le faire le plus sereinement possible, mais si tu es au bout de ta vie rien que n’y penser, n’oublies pas que tu peux toujours l’écrire dans une lettre ou un email. De cette façon, ils auront le temps de réfléchir et n’auront pas de réaction instinctive négative qu’ils pourraient regretter plus tard.

Si tu décides de leur dire de vive voix, prépare-toi et essaye d’anticiper leur réaction :

  • s’ils sont ouverts d’esprit et ont déjà exprimé des opinions positives sur la communauté LGBT, il y a de bonnes chances qu’ils te soutiennent. Ils étaient peut-être même déjà au courant ! Tout se passera bien et sans tension. C’est le meilleur des cas.
  • s’ils ont déjà montré un comportement homophobe et/ou transphobe par le passé, faire ton coming out peut être risqué. Malheureusement, dans certains cas, il est préférable de ne pas faire son coming out à ses parents. Si ta sécurité est menacée, si tu dépends financièrement d’eux qu’ils pourraient te mettre à la porte, tu devrais peut-être reporter ton annonce, pour ton bien-être.

Quand tu décides de passer à l’acte, garde ses points en tête :

  1. Avant toute chose, informe tes amis déjà au courant (si tu en as) que tu es sur le point de faire ton coming out à tes parents. Que les choses se passent bien ou mal, tu auras quelqu’un à ton écoute et qui pourra te soutenir. Et chez qui éventuellement rester au cas où les choses tourneraient vraiment mal.
  2. Choisis un moment et un lieu calmes et détendus. Un moment où personne n’est occupé, stressé, contrarié, ou distrait. Évite de le faire si tes parents viennent de se disputer par exemple, ou lors d’un événement majeur, comme un mariage.
  3. Ne fais surtout pas ton coming out sur un coup de tête pendant une dispute avec eux. Ils risquent d’accepter la nouvelle encore plus difficilement et tu auras des regrets.
  4. Avant de te lancer, dis à tes parents que tu les aimes et que tu veux être honnête avec eux. Dis-leur que leur amour et leur soutien sont importants pour toi, et que tu veux qu’ils fassent toujours partie de ta vie.
  5. C’est facultatif, mais tu peux également essayer de leur demander de deviner ce que tu es sur le point de dire. Il se peut qu’ils trouvent des choses beaucoup plus difficiles à accepter que ton homosexualité ou ta transsexualité, et qu’ils vivent ton annonce comme un soulagement ! Il se peut aussi qu’ils sachent tout depuis longtemps et qu’ils attendaient juste que tu sois prêt à le dire.
  6. Au moment de le dire, respire profondément, garde ton sang-froid, reste positif, et dis simplement et sans détour ce que tu as à leur dire : « je suis gay » ou « je suis lesbienne ». N’oublie pas qu’il est aussi possible qu’ils réagissent positivement et même te remercier d’être honnête avec eux.
  7. Après ton annonce, fais-leur savoir que tu comprends s’ils sont choqués ou bouleversés. Dis-leur qu’ils n’ont rien à se reprocher, que ce n’est pas dû à leur éducation. Dis-leur que ce n’est pas une mauvaise chose, que tu es en bonne santé et surtout que tu es heureux comme cela.
  8. Ensuite, laisse leur le temps de digérer la nouvelle. Dans le meilleur des cas, tes parents sont déjà au courant et t’apporteront leur soutien immédiatement, mais pour certains parents, l’acceptation peut prendre des mois voire des années. Sois patient et sois prêt à répondre à toutes leurs questions.

Tu peux aussi leur suggérer d’aller consulter des ressources en ligne qui pourront les éclairer et calmer leurs inquiétudes. Même s’ils sont réticents au début, ils finiront peut-être par se décider. Le réseau d’associations CONTACT, par exemple, aide les familles à accepter leurs proches LGBT et a même une ligne d’écoute à disposition.

Assure-toi également de te sentir en sécurité pendant le temps où ils digèrent la nouvelle. Si l’ambiance est tendue à la maison et devient difficile à vivre, réfugie toi auprès de tes amis. C’est pour cela que se créer un réseau de soutien au préalable peut être d’une grande aide.

Avec la famille éloignée (grands-parents, tantes, oncles, etc.)

Bien qu’il arrive que des personnes LGBT fassent leur coming out à un membre de leur famille éloignée en premier (par exemple, un oncle ou une tante avec qui l’on est très proche ou qui soit il ou elle-même un membre de la communauté LGBT), on commence généralement par se confier à sa famille proche, avant d’éventuellement le faire auprès de la famille au sens élargi du terme.

Si c’est ton cas et que tu souhaites que le reste de ta famille soit également au courant, après avoir fait ton coming out auprès de tes parents, fais-leur savoir que tu as également l’intention de le faire petit à petit auprès du reste de ta famille. N’oublie pas que c’est toi qui choisis quand et comment tu fais ton coming out, donc demande à tes parents de respecter ta vie privée et de ne pas leur annoncer eux-mêmes.

Toutefois, si le fait que tes parents l’annoncent au reste de la famille est moins stressant et pesant pour toi, tu peux aussi leur laisser le faire. C’est à toi de décider en fonction de ce qui est le plus confortable pour toi.

Au travail

Faire son coming out sur son lieu de travail peut être potentiellement dangereux. Il est bien sûr illégal de licencier un employé en raison de son identité de genre ou de son orientation sexuelle, mais tu peux toujours faire l’objet de discrimination. Donc sois très prudent avant de te livrer.

Il est important d’évaluer sa sécurité en premier lieu. Si tes collègues font des blagues offensantes sur les personnes LGBT, il vaut peut-être mieux oublier tout de suite. Tu peux vérifier si ton entreprise dispose d’un syndicat actif pour les employés LGBT. Enfin, s’il y a des personnes LGBT déjà connues sur ton lieu de travail, tu peux te renseigner auprès d’elles et leur poser des questions sur leur expérience et la façon dont elles le vivent au quotidien.

N’oublie pas que rien ne t’oblige de faire ton coming out auprès de tous tes collègues. Si tu as des collègues que tu considères comme des amis proches, alors tu peux décider de te confier à eux uniquement. Assure-toi qu’ils n’iront pas dévoiler ton secret à d’autres collègues.

Si tu souhaites que « tout le monde » le sache, tu n’es pas obligé d’aller le dire un à un à tous tes collègues, ou de réunir tout le monde et fais un discours. Tu peux simplement amener ton partenaire à un événement professionnel.

Si tu préfères que personne ne le sache à ton travail, que tu as peur des ragots ou même pour ta sécurité, alors mieux vaut y garder ton identité de genre ou ta sexualité secrète. On passe une grande partie de notre temps sur notre lieu de travail, il est important de s’y sentir bien pour préserver son bien-être et sa santé mentale.

Que faire en cas de mauvaise réaction ?

Même si on espère toujours que la personne à qui l’on fait son coming out va nous soutenir, il est malheureusement possible d’obtenir une réaction négative ou blessante. Et ça fait forcément mal.

Si cela vous arrive, la plupart du temps il sera difficile de continuer à en parler avec cette personne, du moins dans l’immédiat. Mieux vaut partir (ou raccrocher, si vous tu es au téléphone). Entoure-toi des personnes qui te soutiennent et laisse le temps faire. Ce n’est pas nécessairement ce qu’ils ressentiront toujours. Comme on dit, le temps guérit toutes les blessures.

Conclusion : quelques mots (positifs) pour la route

Si faire ton coming out te rend nerveux (et nous comprenons totalement que cela puisse être le cas), essaye de voir les choses sous un angle différent : au lieu d’en faire un moment stressant, vois-le comme une étape positive de ton épanouissement personnel.

Sache que pour des milliers de personnes LGBT, le coming out a été une expérience très positive. C’est un moment libérateur et qui permet d’être libre et authentique avec sa famille et ses amis. Tu peux également devenir un modèle positif pour les personnes de ton entourage qui sont dans le même cas et envisagent aussi faire leur coming out.

Quoi qu’il arrive, ne laisse jamais les réactions négatives nuire à ton estime de toi. Même si tu as la chance de vivre dans une communauté ouverte et tolérante, tu rencontreras forcément de l’ignorance à un moment ou un autre de ta vie. Ne perds pas ton temps et ton énergie avec ces personnes. Tu ne peux pas contrôler ce qu’ils disent, mais tu peux contrôler tes réactions. Quoique les gens disent, aime-toi et respecte-toi.

Voici une petite synthèse des points clés et conseils à retenir :

  • Tu n’es pas obligé de faire ton coming out ! Si certains pensent que cela va être un soulagement, d’autres considèrent que c’est leur vie privée et que cela ne regarde qu’eux.
  • Sois patient avec toi-même. Prends ton temps et ne te force pas. Il n’est pas nécessaire de le dire à tout le monde en même temps.
  • Commence par une personne en qui tu as confiance et dont tu es sûr qu’elle te soutiendra.
  • Développe un réseau de personnes, amis et/ou membres de ta famille, qui t’acceptent et te soutiennent.
  • Lors de ton coming out, sois positif et ferme. Montre que tu es sûr de toi et heureux comme tu es.
  • Sois patient avec les autres. Permets-leur d’être choqués et d’avoir besoin de temps. Certains mettent plus de temps que d’autres pour accepter la nouvelle.
  • Ne perds pas espoir si tu n’obtiens pas la réaction souhaitée : n’oublie pas que tu as le droit d’être qui tu es !
Comment faire son coming out : parent fier

❤️