Être non binaire : qu’est-ce que cela signifie ?

Être non binaire : qu'est-ce que cela signifie ?

À la naissance, chaque nouveau-né se voit attribuer un bracelet d’identification avec son prénom, son nom, sa date et heure de naissance, et son sexe, masculin ou féminin. On grandit avec l’idée que l’on devient soit un homme, soit une femme. Mais des célébrités comme Sam Smith ou Demi Lovato ont fait gagner en popularité un terme qui implique qu’il existe plus de deux genres : « non binaire ». Alors, comment est-ce possible et qu’est-ce que cela signifie vraiment ? Dans cet article, nous allons voir ce que c’est d’être non binaire et comment être un meilleur allié pour les personnes non binaires de notre entourage.

Être non binaire : préambule

Pour comprendre ce qu’est une personne non binaire, il est important de tout d’abord comprendre ce que sont les deux notions de binaire du genre et d’identité de genre.

Le binaire du genre

Le binaire de genre est le concept selon lequel il n’existe que deux options de genre : homme et femme. Dans de nombreuses cultures dans le monde, on part du principe qu’il existe un genre binaire, et la plupart des gens grandissent avec l’idée qu’il n’y a que deux genres.

Cependant, comme nous allons le voir, ce principe est obsolète. Nous savons maintenant que le genre va bien au-delà des options binaires « rose » ou « bleu » que l’on voit dans les salles d’accouchement. Ainsi, de nombreuses personnes existent en dehors du binaire des genres, en tant que genre qui n’est ni exclusivement homme ni exclusivement femme.

L’identité de genre

L’identité de genre d’une personne est la façon dont elle se voit et se définit sur le spectre du genre. C’est son sentiment interne d’être un homme, une femme (si elle se situe sur le binaire du genre), ou en dehors du binaire.

L’identité de genre d’une personne peut être complètement distincte de son sexe. Pour utiliser des termes simples, l’identité de genre est l’esprit, le sexe est le corps. Les personnes cisgenres sont celles dont l’identité de genre correspond au sexe qui leur a été assigné à la naissance. À l’inverse, les personnes transgenres sont celles dont l’identité de genre ne correspond pas au sexe qui leur a été assigné à la naissance.

À ne pas confondre avec l’expression de genre : l’identité de genre est un sentiment interne et enraciné de soi, alors que l’expression de genre est la façon dont une personne exprime extérieurement son identité de genre, dont elle se présente au monde, par exemple à travers sa manière de s’habiller ou de s’exprimer.

Être non binaire : définition

Le mot « non-binaire » a été créé en réaction à cette norme de la société qui divise les êtres humains en deux catégories : les hommes et les femmes. De la même façon qu’une personne peut être de genre féminin ou masculin, elle peut aussi être de genre non-binaire.

En termes simples, une personne non binaire est une personne qui ne s’identifie pas exclusivement comme un homme ou une femme. Elle peut se situer quelque part entre les deux, ou complètement en dehors, comme si elle n’avait pas de genre du tout.

Découvrez notre collection d'articles
aux couleurs LGBT 🏳️‍🌈

ALLER VOIR

Être non binaire : les différents types de genres

Il est important de noter qu’il n’y a pas une seule façon d’être non binaire. Le mot « non-binaire » est un terme générique un peu fourre-tout utilisé pour décrire les identités de genre autres que strictement homme ou femme. Ainsi, il recouvre de nombreux types d’identité de genre.

En voici quelques exemples :

  • Agenre : personne qui n’a pas d’identité de genre spécifique ou qui a une identité de genre neutre ou indéfinie.
  • Bigenre : personne qui a deux identités de genre distinctes, soit simultanément, soit alternativement.
  • Demi-genre : personne qui a un lien partiel avec un genre en particulier, par exemple demi-garçon ou demi-fille.
  • Genderfluid : personne dont l’identité de genre n’est pas fixe et peut changer au fil du temps.

Être non binaire : l’étendard non-binaire

Comme la plupart des sous-communautés de la grande famille LGBT, les personnes non-binaires ont leur propre drapeau pour les représenter. Il est composé de 4 bandes horizontales de couleurs jaune, blanche, violette et noire :

Drapeau non binaire

Cette bannière a été dessinée en 2014 par Kye Rowan, qui a choisi la couleur jaune pour représenter toutes les personnes dont le genre existe en dehors du binaire, la couleur blanche pour désigner les personnes qui se considèrent de plusieurs ou de tous les genres, la couleur violette pour symboliser les personnes dont le genre est un mélange entre féminin et masculin, et la couleur noire pour les personnes agenres, celles qui n’ont pas de genre défini.

Comment parler avec ou d’une personne non binaire ?

La langue française utilise deux genres grammaticaux : le masculin et le féminin. Ces règles grammaticales fonctionnent très bien avec le binaire du genre, mais ne sont pas du tout adaptées à la non-binarité. L’inclusion des personnes non binaires passent donc par de nouvelles façons de parler.

Bien que plusieurs propositions d’uniformisation aient été faites, il n’existe pas, aujourd’hui, de règles officielles dans la langue française pour parler de ou avec des personnes non binaires. Par conséquent, plusieurs usages cohabitent et il convient de faire en fonction de son propre ressenti.

Les pronoms

Tout d’abord, notez qu’il n’existe pas de règle statuant l’usage d’un pronom spécifique pour une identité de genre spécifique. Chaque personne non binaire aura sa préférence, et cela dépendra donc uniquement d’elle.

Voici les usages les plus courants :

  • l’usage du pronom « il » ou « elle » de façon systématique 
  • l’usage des pronoms « il » et « elle » de façon alternée
  • l’usage d’un pronom neutre ou néo-pronom, comme iel (le plus répandu, présent dans Le Petit Robert depuis 2021), ellui, ol, ul, ælle, al, ille, ael …

Si vous n’êtes pas sûr du ou des pronom(s) à utiliser avec une personne non binaire, vous pouvez observer comment cette personne parle d’elle-même, ou lui demander poliment. Vous pouvez par exemple partager votre pronom en premier, puis demander celui de votre interlocuteur, du genre « Je m’appelle Manu, mon pronom est « iel », et toi ? ».

Les accords

À l’écrit, il est possible de pratiquer l’écriture inclusive en utilisant des accords dégenrés pour combiner le masculin et le féminin. On peut utiliser :

  • l’utilisation de points ou tirets : « un.e ami.e », « souriant-e »
  • l’écriture condensée : « copaine » à la place de copain/copine, ou « joyeuxe » à la place de joyeux/joyeuse

À l’oral, il existe différentes techniques, mais celles-ci ne fonctionnent pas tout le temps et il faut donc s’adapter en fonction des mots utilisés et du contexte. Voici quelques-unes d’entre elles :

  • la combinaison : par exemple « ellui »
  • la déformation en « aé » ou « ey » : par exemple « regardaé » ou « comparey »
  • la répétition (un genre puis l’autre) : par exemple « je suis content-contente »
  • la pause ou l’accentuation, pour prononcer oralement les points et tirets : par exemple « compri…se » ou « sourianteuh 

Être non binaire : comment être un bon allié ?

Comme la plupart des LGBT, les personnes non-binaires ont souvent affaire à l’incompréhension, voire à la discrimination. Beaucoup de gens grandissent en croyant qu’il n’y a que deux genres et il faut parfois du temps avant que les gens se fassent à l’idée que d’autres genres puissent exister.

Si vous connaissez une personne non binaire dans votre entourage et que vous souhaitez la soutenir, voici quelques pistes pour faire de vous un bon allié :

  • Commencez par la croire ! La soutenir commence par respecter son identité. Cela vous prendra peut-être un certain temps avant de cesser de la considérer comme un homme ou une femme, mais faites l’effort de ne plus la catégoriser dans votre esprit et quand vous aurez intégré cela, vous serez un bien meilleur soutien pour elle.
  • Informez-vous : faites vos propres recherches sur le sujet. Vous éviterez à votre connaissance d’être obligée de jouer le rôle de prof, elle a déjà beaucoup à gérer dans sa propre vie ! La lecture de cet article est un bon début 😁, mais vous pouvez trouver de nombreuses autres ressources en ligne.
  • Utilisez un langage neutre : utilisez les pronoms choisis par la personne, apprenez à dégenrer les mots et adjectifs masculins et féminins de la langue française, et optez pour des formules neutres, par exemple « Salut tout le monde » au lieu de « Salut les gars ».

Un dernier conseil pour la route, valable avec tout le monde et pas qu’avec les personnes non binaires : soyez aimable ! Une personne non binaire est une personne avant tout. Si vous êtes tolérant, prévenant et ouvert, vous avez fait la moitié du chemin. Comme dit le slogan en anglais, « Kindness is everything » ! 🥰

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *